Club Canin de L'ile Belle-MEULAN

Tout sur l'éducation et les sports canins
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Prochain concours au club : Journée beauceronne le dimanche 09 novembre 2014

Partagez | 
 

 Le mythe du macho

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leetche
Piplette
Piplette


Féminin
Nombre de messages : 130
Age : 65
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Le mythe du macho   Dim 3 Oct - 16:57

Une petite traduction d'un texte interessant à propos de "dominance":

La structure sociale des chiens domestiques est souvent décrite de façon rudimentaire en termes de hiérarchie de dominance linéaire, dans laquelle le chien supérieur, ou "l'animal aUne petite traduction d'un texte intéressant à propos de notion de dominancelpha", est dominant sur tous les animaux de rang inférieur, le second dans le rang est subalterne au supérieur, mais dominant sur tout d'autres, et ainsi de suite jusqu’au chien le plus bas dans l’échelle. De plus, on croit généralement que le rang est établi et maintenu par la force physique et le comportement dominant, que les chiens les plus dominants (c'est-à-dire, les plus élevés dans la hiérarchie) sont plus agressifs et que le chien le plus dominant est le plus agressif. En conséquence, les chiens qui menacent fréquemment, grondent, combattent et mordent sont souvent pris pour des animaux "alpha". La majorité de ces suppositions est tout à fait fausse. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Non seulement une vue aussi simpliste d'une structure sociale sophistiquée est une insulte totale aux chiens, mais de façon plus inquiétante, quand de telles notions sont grossièrement extrapolées à l’éducation et à la relation avec l’homme, elles sont inefficaces, contreproductives, potentiellement dangereuses et tout à fait inhumaines.
Rang social et agressivité
On croit généralement qu’un rang élevé est corrélé avec un comportement agressif. En réalité, un supérieur macho et qui grogne est rare. Les chiens supérieurs grognent rarement - ils en ont rarement besoin! Le vrai chien supérieur est d'habitude relax, sur et confiant de sa position privilégiée, qui n'a absolument aucun besoin de s’agiter et se déchainer pour renforcer son rang. En gros, "si vous l'avez, il n'y a aucun besoin de l'afficher". Le vrai chien supérieur va plus probablement partager un jouet, un os, ou une couche, que se battre. D'autre part, les chiens en bas de la hiérarchie ne grondent que rarement. La conduite principale d'un individu au bas de l'échelle hiérarchique est de garder profil bas. L'aboiement, le grondement et le grognement ne feraient qu’attirer une attention non souhaitable, et en cas de bagarre, le chien du bas perdrait certainement.
Un supérieur n’a pas besoin de menacer et un inférieur serait fou de le faire. Sans aucun doute, les grognements excessifs et des bagarres répétées indiquent une insécurité sous-jacente et l'incertitude du rang social vis à vis d'autres chiens. Dans un groupe social, les démonstrations prolongées d'agression sont la marque de mâles se trouvant au milieu de la hiérarchie. Ces chiens-là menacent plus et se battent plus fréquemment que les individus de rang supérieur ou inférieur. Ce que la plupart des personnes décrivent comme un chien "alpha" est d'habitude un mâle de position intermédiaire, peu sûr de lui.
Avec l'apparition d’une portée sur la scène sociale, il n’est pas rare de voir le chien de rang inférieur auparavant obséquieux devenir ultra-macho avec les chiots. Tout en gardant profil bas avec les autres adultes, l'ex-inférieur peut vouloir exercer son nouveau pouvoir de manière exagérée, en tracassant implacablement les chiots et les adolescents (particulièrement les mâles) en regardant fixement, traquant, harcelant, aboyant et grondant. Une fois que le chien inférieur assume la responsabilité de l’arrière-garde, les autres mâles adultes ne s’occupent plus que rarement des jeunes et souvent l'atmosphère sociale dans la meute devient plus détendue.
Hiérarchie de subordination
Quand la structure d'une hiérarchie réussie est envisagée dans un contexte de développement, il devient apparent que "la hiérarchie de subordination" est un terme plus descriptif et précis pour la structure sociale canine. Cette approche a été d'abord suggérée par la primatologue anglaise, Dr. Thelma Rowell. Le maintien d'une hiérarchie existante dépend du respect par les subalternes de la position d'individus plus âgés, d’un rang plus élevé. Le statu quo est maintenu parce que les individus de rang inférieur sont rarement physiquement ou psychologiquement capables de défier l’autorité. Il est donc rarement nécessaire de renforcer un rang plus élevé par la force, ou plus probablement la psychologie.
Développement des hiérarchies
Etant donné leur taille et leur force physique et psychologique inférieure, les jeunes chiots ne peuvent simplement pas rivaliser avec de plus grands chiots, des adolescents et des chiens adultes. Ainsi, les chiots apprennent leur place dans la vie bien avant qu’ils ne soient suffisamment grands et forts pour être une menace à l'ordre établi. La plupart des chiens adultes sont tout à fait débonnaires avec de jeunes chiots jusqu'à ce qu'ils approchent adolescence, ce sur quoi les adultes (particulièrement les mâles) poursuivent implacablement, toisent et grognent sur les adolescents (les mâles particulièrement). Cependant, le harcèlement par des chiens adultes est plutôt psychologique que physique. Le chien adulte qui battrait physiquement de jeunes chiots, des adolescents, ou des adultes de rang inférieur serait un pervers mal socialisé. Et l’humain qui imiterait de tels comportements fallacieux sous prétexte d’éducation canine serait une personne tristement ignorante.
Néanmoins, pendant cette étape cruciale du développement hiérarchique, les jeunes chiots et adolescents sont extrêmement intimidés par ce harcèlement incessant et par conséquent, ils apprennent à répondre par des gestes d'apaisement exagérés pour arrêter le supplice infligé par leurs aînés. De plus, les chiots et des adolescents apprennent rapidement que les ennuis provoqués par les chiens plus vieux peuvent être largement évités en prenant l'initiative et en montrant un apaisement actif avant que l'on ne les harcelle.
L’attitude des chiots comprend typiquement une approche au ralenti, ondulée, oreilles basses, un « sourire » docile et en remuant la queue et tout l'arrière-train. Le jeune peut poser une patte sur le poitrail et lécher les lèvres du chien plus âgé (ces comportements infantiles de demande de nourriture prennent alors une autre signification sont conservés comme gestes d'apaisement dans l'adolescence et l'âge adulte). De plus, le chien inférieur peut se mettre sur le dos et soulever une jambe pour exposer sa région inguinale. Certains peuvent docilement uriner. Les chiens adultes peuvent déterminer l'âge d'un chiot ou d'un adolescent à l'odeur de leur urine.
A partir de là, pour entretenir l'harmonie dans le meute, les chiens haut placés n’ont besoin de corriger que les individus qui volontairement ne montrent pas de déférence et ne respectent pas leur présence. Même dans ce cas, cette mise en place n’a besoin que d’un regard froid et pénétrant.
Maintien des hierarchies
Le maintien des hiérarchies ne fait jamais appel aux bagarres et à la dominance physique. Au contraire, la fonction principale des structures hiérarchiques est de diminuer le nombre de bagarres.
Une fois établie, la hiérarchie apporte plusieurs réponses avant que le problème ne se pose. Par exemple, quand il n’y a qu’un os pour deux chiens, la possession de l’os est pré-décidée, donc pas de motif de bagarre. C’est la même chose chez les humains : une place de parking et deux voitures, la Rolls du PDG et la Ford Escort de l’assistant-directeur des ventes. Pas de bagarre non plus, pas plus que quand le PDG était directeur des ventes et conduisait une jaguar, et que l’assistant directeur des ventes faisait partie du pool de secrétaire et conduisait une vieille VW. Qui songerait à prendre la place de parking du boss, à moins d’être fou ? Personne, donc pas de problème ! C’est la même chose avec les chiens …
L’incompréhension des gens de la relation entre le rang, la domination et l'agression ont tendance à exacerber les problèmes de bagarre, qui sont largement le produit d’une mauvaise socialisation, d’un mélange de chiens adultes socialement mal préparés et de retours inappropriés. En outre, la conception erronée du comportement social canin tend à encourager les propriétaires macho, qui permettent ou encouragent leurs chiens à gronder et grogner, pensant qu'ils ont un chien vraiiiiiiiiiiiiiiiiment méchant! Ce genre de personne - généralement un adolescent (5-70 ans), vêtu d'un seul gant noir, casquette de baseball à l'envers et propriétaire d’un chien mâle d’une demi-douzaine de races – est souvent le « mauvais élève » de la classe. Il est toutefois possible de faire de ce m’as-tu-vu un propriétaire avisé, avec un compliment/insulte du style: "Hey ! Quel superbe chien ! Tu sais, je connais des Pitweillers… et là, tu a un chien génial ! Mais quel dommage qu’il grogne tout le temps. Si tu veux, nous pouvons peut-être le mettre en confiance et le transformer en un chien dominant. Parce que les chiens dominants ne grognent pas, tu sais, ils n’en n’ont pas besoin !" Je suis toujours étonné du nombre de voyous potentiels qui en fait deviennent des propriétaires responsables une fois qu’on les a approchés de cette façon.
Extrapolation de la stupidité la plus pure à l’éducation canine inefficace
Malheureusement, le vrai danger du concept alpha de dominance physique réside dans son extrapolation à l’éducation canine et à l’élevage. Au lieu d'être éducatives, de nombreuses soi-disant méthodes de «formation» sont juste des combats injustes sinon abusifs, le chien est souvent considéré comme notre ennemi, plutôt que comme notre meilleur ami. Pourquoi diable devrions-nous traiter notre meilleur ami comme notre pire ennemi?
Beaucoup de comportements ludiques, de bienvenue ou de peur sont interprétés à tort comme agressifs, fournissant au propriétaire irréfléchi une excuse commode pour maltraiter le chien sous prétexte de «formation». Gnaquer, , avoir la crête, grogner, retrousser les lèvres sont souvent mal interprétés comme signes de «position dominante», alors qu'ils sont, en fait, le plus souvent des signes de peur - très probablement le produit direct d'une personne qui cogne sur le pauvre chien. De même, les propriétaires croient que le marquage urinaire, monter sur les gens, le vol de nourriture, ou le contact prolongé des yeux sont autant de signes de dominance, pour laquelle le chien doit être puni et physiquement dominé.
Certains gourous mal avisés créent la confusion et d'essayent de priver les propriétaires de chiens de leur plaisir.
Dans mon livre:
1. Un chien qui fait du marquage urinaire dans la maison a besoin éduqué ;
2. Un chien qui monte les gens a besoin d’apprendre à arrêter et a très probablement besoin de faire la connaissance d’un autre quadrupède à fourrure
3. Un chien qui vole de la nourriture a un besoin désespéré que le propriétaire se souvienne de RANGER la bouffe
4. Un chien qui saute sur les gens a simplement besoin qu’on lui apprenne à s’asseoir pour dire bonjour
5. Un chien qui craint le contact avec les yeux doit apprendre que ce contact n’est une menace et aussi apprendre à regarder amoureusement dans les yeux son propriétaire compréhensif.
Nous avons certainement besoin de contrôler nos chiens – mais il s’agit d’un contrôle mental et non physique. Même si le possesseur inexpérimenté d’un chien de rang intermédiaire peut secouer, pendre, renverser et/ou battre son chien jusqu’à ce qu’il obéisse, quel est l’avantage de gagner la bataille et perdre la guerre ? Quel est l’avantage de transformer un chien soi-disant « dominant » en un chien peureux ? Dans les deux cas, ces chiens ne vaudront ni comme chien de compagnie, ni comme chien de travail. De plus (et heureusement), les corrections physiques sont bien au-delà des capacités mentales et physiques de la plupart des propriétaires, surtout quand il s’agit d’enfants. Alors, pourquoi conseiller à des propriétaires débutants la lutte physique qu’ils finiront forcément par perdre ? En fait, pourquoi maltraiter le chien alors qu’on peut obtenir tout en utilisant son cerveau plutôt que ses biceps ? Pourquoi essayer d’assécher l’Atlantique alors qu’on peut prendre l’avion ?
Nous devons conseiller des methodes éducatives à la fois efficaces et rapides, à la portée du possesseur moyen de chien, y compris les femmes, les enfants et les personnes âgées. S’il y a une seule chose à retenir de toute l’étude comportementale du chien, c’est qu’il faut établir un contrôle dans un contexte développemental, quand le chien est encore chiot. Plutôt que battre jusqu’à soumission un chien adulte, il est tellement plus facile de convaincre un chiot de joindre l’équipe, pour aimer vivre avec nous plutôt que nous combattre.

Traduction « libre » de la transcription d’un article comportemental de Ian Dunbar, paru dans le numéro d’août 1989 du journal « American Kennel Gazette ». Le texte original en anglais se trouve LA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
Grosse piplette
Grosse piplette


Féminin
Nombre de messages : 202
Age : 51
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Le mythe du macho   Lun 4 Oct - 17:48

sunny
Ian Dunbar est un grand ethologue et aussi un "sociologue" éducateur!
il travaille aux Etats Unis où les chiens "n'ont pas le droit à l'erreur" sous peine d'euthanasie.

merci Nathalie d'avoir traduit une partie de ses propos,
et que les futurs lecteurs en fassent bon usage (sans tomber dans l'angélisme ambiant qui tend à faire croire que "mon chien n'est pas méchant, il peut donc sauter sur tout ce qui bouge!")! 152
mais ceci est encore une autre débat!
clou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le mythe du macho
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'identité de l'Auvergne : mythe ou réalité historique ?
» faux ou vrai mythe
» Un mythe tombe à l'eau...
» Mites ou mythe ?
» MACHO X BA/Berger belge 6 ans adopté par Valy...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club Canin de L'ile Belle-MEULAN :: Education et sports canins :: Education-
Sauter vers: